Ah ben simonac, me v’là rendu à Berlin.

Ben coudonc. Après des mois de planification à ardeur inégale, me voici en train de défaire mes valises. En réalité, c’est juste une valise, mais c’est une esti de grosse valise, j’vous jure. C’est parce que, comprenez-vous, j’suis parti vivre à l’étranger pour 6 mois.

C’est le genre de chose qui est super cute quand t’as 20 ans pis que tu pars avec un sac à dos pour courir les auberges de jeunesse les plus hots en ville. Tsé, le monde se pose pas trop de questions dans ce temps-là : « Ben oui, il a besoin d’aventures, je l’encourage, c’est normal à son âge ». On dit que les voyages forment la jeunesse pis je réalise qu’on est conditionnés à accepter ça comme un fait indéniable, sans trop réfléchir au sens réel de cette citation bien connue. Pis c’est pas que je suis pas en désaccord, c’est juste que je me suis demandé si les voyages peuvent également former la mi-jeunesse, mettons les 25-34 ans.

Alors je me suis mis à la recherche d’un pays qui accepterait gentiment de m’héberger tout en me donnant le droit de travailler. La majorité des ententes sur les visas permettent d’avoir un emploi seulement si tu as moins de 30 ans, mais l’Allemagne fait figure d’exception et alloue ce privilège aux vieux qui ont entre 30 et 35 ans.

Pourquoi vouloir travailler pendant ce si joli projet, me demanderez-vous. C’est pas compliqué. J’suis pas millionaire, pis j’ai passé 30 ans, alors les auberges de jeunesse c’est un gros NON écrit en caractère gras, couleur rouge, taille 72, double souligné. S’il existait encore une version de Word qui permette de faire des petites animations sur une partie du texte, ben je l’appliquerais sur ledit NON. Bref, je n’ai pas besoin de luxe, mais j’ai été habitué à un minimum d’intimité et je n’ai pas l’intention de faire un compromis. Dans ma tête, un projet le fun, ça se partage avec mon lover, pas avec une délégation de jeunes fêtards venus des quatre coins du globe qui boivent du goldschlägger pis qu’y’ont pas encore l’estomac assez solide pour le tolérer.

Quel est mon problème ? Bonne question. J’ai tout ce qu’il me faut dans la vie : l’amour, la famille, les amis, ainsi que des REER, une propriété, une garde-robe pas mal à la mode, ainsi que tout plein d’autres possessions plus inutiles les unes que les autres, que je fais passer en dernier dans cette partie du texte afin de paraître moins superficiel.

Je dirais que le plus difficile pour moi, c’est de mettre la carrière de côté. J’ai été super chanceux, mon employeur me permet de prendre ce long congé sans que ça ait généré de drame. Du moins, si drame il y a eu, ce fut derrière des portes closes, loin de mon attention et de mon naturel dramatique. Personnellement, je dois avouer que j’ai tendance à retirer énormément de satisfaction de ma performance au travail. Me retrouver avec rien à l’agenda est un défi significatif, sans compter que j’ai complété mes études à temps partiel tout en travaillant à temps plein pendant 7 ans. Ouch. Méchant ajustement.

Alors que pour l’instant je n’ai aucun objectif à atteindre, je me suis dit que je pourrais donc entretenir une bien belle relation avec vous via la magie du blogue. Vous divertir sera une de mes priorités pendant mon séjour berlinois. Ce billet coloré fait figure d’introduction quelque peu tardive, car voyez-vous je suis ici depuis quelques jours déjà. Et vous venez d’assister à mon premier instant de panique. Je vous promets qu’il y en aura plusieurs.

Tchüss!

Publicités

21 commentaires sur “Ah ben simonac, me v’là rendu à Berlin.

  1. Hourraa.. que je suis heureux de ta détresse (qui n’en est pas une profondément sentie), parce qu’en réalité tu te stress pour rien! On t’aime et surtout au plaisir de te lire mon ami. Kiss from montreal 💋

    Aimé par 1 personne

  2. J’adore ce billet. C’est tellement toi. Je suis heureux que tu se déroules bien pour vous deux. Profitez de ce « séjour » à l’étranger à fond car il s’agit d’une expérience unique. Autre chose, même rendu dans la mi-jeunesse, il y a toujours moyen d’avour beaucoup de plaisir, ainsi qu’un estomac plus résistant qu’à l’époque. Tenez nous au courant par le biais de vos billets (jeu de mot poche) que nous nous ferons un plaisir de lire. À bientôt.

    J'aime

  3. Tu nous fait toujours rire avec ta façon spéciale de nous informer comment tu te sens !!! J’aime beaucoup ton nouveau projet et surtout très hâte de te relire !! Gros bisous à vous deux et gâtez-vous!!!!

    Aimé par 1 personne

  4. Tu as une belle plume cher Stephan, j’ai déjà hâte de te relire ! Cela dit, avoir le goût de vivre une expérience à l’étranger témoigne surtout d’un goût de découverte et on n’est jamais trop vieux pour vivre de belles expériences. Bravo pour le guts ! Enjoy!

    J'aime

  5. Allô le coco je viens de voir que tu as crée un blog trop génial te lire. profitez de chaque seconde et continue de nous faire voyager avec vous. *ur sick in the head* lis ce bout avec ma voix 😂😂😂😂 take care & we miss u 😚😚😚😚

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s